Derniers sujets
» Les aventures du borgne d'Ouled mimoune
par abkarian Ven 18 Oct - 22:23

» Citation Mimouni: ce n'est pas l'aboiement de chiens miserables qui ferait fuire un lion !
par abkarian Ven 18 Oct - 22:15

» espace des defis politiques et technologiques
par Admin Jeu 26 Sep - 1:28

» ouayeh.com fondateur Mimouni
par Admin Dim 8 Sep - 15:51

» tachelhite emergence
par Admin Dim 8 Sep - 15:34

» from ouayeh.com what's news?
par klinton Sam 20 Juil - 2:26

» Nabil Ayouch dévoile ses (actrices) sur la Croisette et fait scandale au Maroc
par klinton Mer 17 Juil - 1:56

» Worldatatag sur la sellete du cheval Berbere
par klinton Mer 17 Juil - 1:55

» worldatatag.com le site pro de Mimouni
par klinton Mer 17 Juil - 1:54

» Hommage a Mimouni
par bladinet Lun 3 Déc - 1:02

» Ne cherchez plus ,voici les liens vers propulsive technology
par Admin Jeu 26 Avr - 2:14

» ouayeh.com , ayez l'audace de voir propulsive technology
par Admin Jeu 26 Avr - 2:12

» Tachelhiteadhere a propulsive ouayeh.com
par Admin Jeu 26 Avr - 2:09

» Googline ameute le monde et provoque le scandale ; rendez nous nos Juifs
par bladinet Ven 30 Mar - 16:04

» marhba sur Tachelhite Diaspora Amazigh
par bladinet Ven 30 Mar - 16:02

» Tachelhite un site qui plante le dernier clou dans le cercueil de souss com
par tarragte Jeu 1 Fév - 23:17

» ouayeh.com epeak also tamazight
par tarragte Jeu 1 Fév - 23:14

» belgika le traitre , l esclave de Mimouni
par moulayali Ven 5 Jan - 19:04

» belgika se fait l'honneur de vous inviter sur souss com espace Amazighité
par moulayali Ven 5 Jan - 19:03

» Tachelhite invitation a Timensiwine
par moulayali Ven 5 Jan - 19:01

Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Novembre 2019
LunMarMerJeuVenSamDim
    123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

Calendrier Calendrier

Mots-clés

Mimouni  mariage  femme  Blad  Souss  ouled  pour  


L'Industrie aeronautique au Maroc

Aller en bas

Yabiladi L'Industrie aeronautique au Maroc

Message par siwa2 le Dim 14 Oct - 21:01

Le pôle d'industrie aéronautique de Nouaceur, qui s'étale sur une superficie de 206 ha, dispose de terrains viabilisés et équipés et qui sont proposés en location de longue durée à des taux encourageants, évitant ainsi aux investisseurs l'immobilisation de capitaux pour l'acquisition du foncier.

Grâce à cette formule, les nouveaux investisseurs peuvent occuper les unités de production de précédents investisseurs qui ont pu créer leurs propres et définitives unités. Actuellement, le nombre de sociétés multiservices qui investissent dans l'Aeropôle est de 41.

L'Industrie aéronautique exige, par ailleurs, une formation spécialisée, une grande expertise et des compétences élevées, ce qui s'avère difficile à garantir dans les pays tiers-mondistes.

Toutefois, affirme M. Benâallou, le Maroc constitue une exception car disposant d'instituts, d'universités et de hautes écoles d'ingénieurs ainsi que d'établissements de formation professionnelle qui préparent des compétences en matière d'ingénierie, de technologie moderne et autres spécialisations qui peuvent être adaptées à travers des stages et de courtes sessions de formation.

L'ouverture des sociétés mondiales et l'intérêt qu'elles portent aux lauréats des écoles et des instituts susmentionnés a donné lieu, une année après le début de leur activité au sein de l'Aeropôle, à des résultats satisfaisants qui ont amené à réfléchir à l'élaboration d'un programme d'action réalisé par l'Office en partenariat avec l'Académie internationale Mohammed VI et l'association des sociétés d'industrie aéronautique, avec pour objectif d'accélérer l'adaptation des lauréats ayant intégré ces sociétés.

On peut ainsi affirmer que le Maroc a relevé le défi qui se pose en matière de sous-traitance d'industrie aéronautique mondiale en intégrant avec confiance et ferme volonté le monde des Grands.


M A P

siwa2

Nombre de messages : 111
Age : 49
Date d'inscription : 14/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: L'Industrie aeronautique au Maroc

Message par siwa2 le Dim 14 Oct - 21:03

Dernier-né dans l’industrie aéronautique au Maroc, Aéronautique Services Industries (ASI) inaugure officiellement sa nouvelle unité au pôle industriel de Nouaceur aujourd’hui. Des invités de marque pour l’occasion: Salaheddine Mezzouar, ministre du Commerce et de l’industrie; Guy Piras, DG industriel et achats chez Dassault Aviation; et Jean-François Thibault, ambassadeur de France au Maroc.
L’unité a nécessité un investissement de 25 millions de dirhams. « Ce montant n’inclut pas le coût des bâtis (structure de formage, d’outillage et d’assemblage des pièces), qui sont fournis par le donneur d’ordre, et qui pourraient s’élever à plusieurs centaines de millions d’euros» déclare à L’Economiste Mehdi Bencherki, PDG d’ASI.
L’assembleur, créé en 2005, est la première entreprise à capitaux 100% marocains dans le secteur. Il travaille exclusivement pour Dassault Aviation. Cependant il compte bien développer, à court terme, son portefeuille clients. Spécialisée dans l’assemblage d’éléments de structures pour aéronefs, ASI a réalisé un chiffre d’affaires de 25 millions de dirhams pour son premier exercice et intervient sur tous les types de Falcon. L’entreprise emploie pour l’heure 70 personnes. Un effectif qu’elle compte porter à 250 à court terme.

Les carnets de commandes sont pleins, et l’industrie aéronautique se porte bien. Considéré comme «plutôt modeste», le secteur de l’aéronautique connaît néanmoins une croissance certaine au Maroc. La donne est en train de changer, d’autant plus que la flotte mondiale est appelée à doubler dans les vingt prochaines années. L’implantation des principaux donneurs d’ordre internationaux, notamment Snecma, Labinal, Matis, EADS, a permis de développer le marché marocain. Caractérisés par une forte présence française, la quasi-totalité des entreprises ayant un actionnariat français, ces donneurs d’ordre contribuent largement au développement du secteur émergent de la sous-traitance aéronautique. Par ailleurs, le gouvernement affiche clairement son ambition d’en faire un des piliers du Plan Emergence.
Toutefois, cet engouement pose le problème de la formation. Fin juillet 2007, le secteur aura besoin de plus 250 opérateurs qualifiés. Ce constat a été relevé lors des premières Assises nationales de la formation professionnelle (cf. www.leconomiste.com). Plusieurs initiatives ont déjà été lancées pour y remédier (cf. www.leconomiste.com). Dernière en date: la création d’un centre de formation, dont le démarrage est prévu début 2007 et qui permettra la qualification d’environ 300 techniciens supérieurs, d’un niveau bac+2, dans les différents métiers de l’aéronautique: assemblage, composite, mécanique de précision. L’aéronautique compte actuellement 27 entreprises, dont 9 centrées à 100% sur l’activité et 3 entre 50 et 100%. Selon une étude réalisée entre avril et juin 2005 par le cabinet d’études Lexus, le secteur emploie 1.900 personnes directement. Les exportations sont estimées à 264 millions de dirhams et l’investissement à 500 millions. Il s’agit d’un secteur jeune (70% des entreprises ont moins de 5 ans) et qui tend à devenir, du fait de la variété des métiers représentés, un véritable «pôle aéronautique».

Amine Boushaba
Source: L'Economiste

siwa2

Nombre de messages : 111
Age : 49
Date d'inscription : 14/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum