Rechercher
 
 

Résultats par :
 

 


Rechercher Recherche avancée

Août 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

Calendrier Calendrier

Mots-clés

Mimouni  Souss  


Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Yabiladi Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:46

Fabrication des Poignards à Ouarzazate


A Azlag, la fabrication des poignards remonte à plus de 800 ans. Les berbères les avaient fabriqué comme arme pour se défendre et survivre. Actuellement, ses objets d’art locaux sont réservés aux cérémonies et aux danses traditionnelles.

Ces poignards comportent des symboles juifs, islamiques, romains et berbères. Un grand nombre de personnes travaille dans cet artisanat, qui s’est transformée en coopérative en 1986. Cette coopérative qui compte 50 ateliers, trouve son siége à Kelaa M’gouna, et permet la préservation de cette tradition. Cette activité permet de faire vivre plus 1000 membres de familles.








Source:http://sawtna.nice-forums.net/galerie-photos-f13/poignard-amazighetozzalte-t437.htm
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:47

avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:47

avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:48

avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:48

Lorsque l'humainté nageait dans l'obscurantisme et l'analphabetisme
l'Amazigh dominait deja la fonte de l'argent, de l'or et la conception
de bijoux raffinés qui depassent en creativité ce que les artistes
d'aujourd'hui peuvent imaginer.
L'Occident valorise ses musées par plusieurs series de ce patrimoine
qui, pouratnt classé Amazigh et reconnu comme tel, mais refuse de
nous reconnaitre comme seum hereitier ... le bijou Amazigh trouve
honeur et privilège dans leus musées mais pas l'Amazigh ou son histoire

Voici quelques echantillons de ces bijoux Amazigh avec leurs reference
et le nom de musée qui les presentent.

On peut reconnaitre deja ici l'apparition de ce qui ressemble
au Tifinagh, la lettre Z
de meme en ce qui concerne les pyramides, l'on peut comme
les historiens penser qu'elles sont l'oeuvre de l'imagination
Amazigh de l'epoque.
Les bracelets des pharaons aussi ressemblent etrangement a ceux
que les Imazighen continuent de fabriquer et vendre a Tiznit et
Taroudant .
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:49

La Kabylie est connu par ses bijoux Amazigh de renommée
universelle qui sont legerement différent de ceux des
autres Imazighen de l'Afrique du Nord.
La tribu des Ait Yani est considérée la source principale de
création et de perrenité de cet art ancestral.
Fibules,bagues,boucles, colliers,tabzimt, bracelets,diadèmes,
broches,cendriers et autres sont les principales creation.


http://athyenni-algeria.tayri.org

Les hommes, et depuis les femmes, de la tribu des Ath Yanni
travaillent traditionnelement l'argent, le corail et les
émaux cloisonnés, et appliquent leurs techniques au façonnage
de coffres en bois finement sculptés de métal. Les bijoux
d'argent, qui faisaient traditionnelement partie de la
dot de la jeune mariée, à l'origine des pièces d'argent
montées, sont sertis de corail récolté en Méditerranée
et d'émail teint en jaune pour symboliser le soleil,
vert pour la nature environnante et bleu pour le ciel.
Les bijoux étaient quelquefois bordés d'une frange en
argent appelée achrur u dabal. Dans la parure que la
jeune femme emportait avec elle on trouvait des broches
de front ou de poitrine (tavrucht) et des fibules
(tavzimt) qui retenaient en divers points les robes
,des ceintures (tahzamt), des colliers (azrar), des
bracelets (azevg), des bagues (tikhutam) et des
boucles d'oreilles (talukin). On raconte qu'autrefois
le savoir-faire et l'inspiration étaient si jalousement
préservés au sein des familles qu'on ne se mariait
qu'entre Ath Yanni, mais aujourd'hui l'apprentissage
se fait autant auprès des artisans eux-mêmes que dans
des centres de formation créés pour donner un nouvel
élan à un art séculaire qui pâtit de la crise économique.
Dans les années 1970, on estimait qu'il y'avait environ
500 artisans, aujourd'hui ils ne sont plus qu'une pauvre
soixantaine dont la production constitue presque 60
pour cent du revenu de la région. Chaque année, fin
juillet-début août, les artisans se réunissent à Ath
Yanni (Beni Yenni), qu'ils soient joailliers, vanneurs
ou brodeurs, et organisent des expositions-ventes dans
les lieux publics comme l'espace culturel Mouloud Mammeri
la Maison des jeunes et l'école Larbi Mezani à Ath Yanni.
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:49

Le poids du bijou et la qualité du métal utilisé detereminent en general son prix,
mais ceci n'est valable que pour les bijoux de l'artisanat ou l'orferevrerie commerçiale

En principe on ne trouvera jamais un bijou entièrement en or ou en argent
pour la simple et bonne raison que ces métaux sont trop mous pour être
employés purs. Pour les façonner, il est donc nécessaire de les allier avec
d'autres métaux. Le bijou prendra une couleur différente selon la proportion
des métaux précieux qui sont présents dans sa composition.
Pour un alliage d'or à 750 millièmes :

Or rouge : 20.5 % de cuivre et 4.5 % d'argent
Or rose : 16 % de cuivre et 9 % d'argent
Or jaune : 12.5 % de cuivre et 12.5 % d'argent
Or jaune pâle : 9 % de cuivre et 16 % d'argent
Or vert : 25 % d'argent
Or gris ou blanc : 14 % de nickel, 8 % de cuivre et 3 % de zinc

Ainsi, un bijou en or dont le titre est 750 contient 750 millièmes
d'or pur et 250 millièmes d'autres métaux.

En France, les bijous en or titre 916 (appelé anciennement 22 carats),
750 (18 carats), 585 (14 carats) ou 375 millièmes (9 carats). Quant au
bijoux en argent, ils titrent 925 ou 800 millièmes

Les bijoux dits "plaqués" doivent également répondre à certaines caractéristiques
strictement définies par le législateur. Ainsi, pour les bijoux plaqués or, l'épaisseur
minimale de la couche d'or doit être de 3 microns pour les bijoux (à exclure
l'horlogerie).

Et pour un bijou plaqué or en argent, l'épaisseur minimale de la couche d'argent
doit être de 10 microns.

Dans tous les cas, le métal utilisé pour le placage doit comporter au moins
500 millièmes d'or et d'argent

source: les secrets de Louane
synthèse: Mimouni abdelmalek
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:50

Dans le Souss, le costume traditionnel pour l’homme est constitué du classique Djellaba, de la FOUKIA et de REZZA blanche ou TAGUIA. C’est dans la montagne que nous trouverons la plus grande variété de costumes ; chaque tribu possède des particularités propres , encore faut-il savoir que seul une minorité de
gens portent ce genre d'habits en remps normal. La majorité ont en effet opté
pour le vetement citadin.

A Ida Outanane la Foukia qui s’attache au niveau du cou à l’aide d’un cordon est
encore très portée et couverte de burnouss dit AHEDOUNE.
Idoukane ou babouches sont très appreciée meme avec les costumes.
Quand aux femmes du Souss le Haïk est presque toujours de rigueur meme
sur des vetements Occidentaux, connu sous le nom de Affagou , les bords et les coins sont décorés de minutieux motifs de couleurs et de formes géométriques variées.
TIFILIT N LUBANE ou collier en bille de loubane est maintenant peu utilisé
et s'est vu declassé par des bijoux en argent refletant l'artisanat Amazigh.

A Ait baha et région les femmes portent un Haïk épais de laine blanche , et a
Taroudant ce Haïk devient noir c'est TAMELHAFT est en coton. les sandales sont remplacées par CHERBILE décoré de broderies de soie et de fils d’or.
A noter que ce Tamelhaft est devenu rare dans la région au niveau des
magasins, les Marocains Mre l'importent encore a partir de la France.
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:50

La femme d'Ait haddou, photo du peintre voir nom sur le tableau
remerciement:

Femme d'Ait Hdiddou
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:51

La tradition Marocaine en vetement

Le vêtement marocain varie selon les régions, en fonction de traditions locales plus que d'un genre de vie; il n'est tributaire d'aucune mode.
Dans les villes modernes, l'habillement "à l'Européenne" gagne du terrain; mais on porte encore beaucoup les vêtements traditionnels.
Le plus courant est la djellaba, adoptée par les femmes comme par les hommes; c'est un vêtement long, à manches, ample mais droit, un "couvre tout"; les hommes le passent sur une chemise de laine ou sur leur costume ou un rabat tient souvent la capuche sur le tarbouche.
La gandoura est une sorte de tunique sans manches, généralement blanche.
Le caftan, qu'une mode a importé en Europe, est la toilette des citadines; boutonné devant, tout du long, par de petites boules serrées, fendu sur les côtés, il peut être fait- pour les grandes occasions- dans un riche tissu (velours, soie, brocart...), et gansé de doré ou d'argent.
Les Marocaines le portent avec une ceinture brodée.

COSTUMES AMAZIGH MAROCAIN

En général la femme des Aït Hdiddou s'exprime plus que toute autre par son habillement qui est plus un "signal" qu'une "protection". Par le vêtement et la coiffure, elle exprime sa résistance ou son adhésion aux changements sociaux. Résistance il est vrai plus revendiquée par les femmes des Aït Brahim que par celles des Aït Yaazza.

Ainsi le vêtement n'est plus "tradition" mais "traditionnalisation". La "coiffe" "Aqlous": surélevée chez les femmes mariées, plate chez les jeunes filles, est de rigueur chez les femmes Aït Brahim, mais simple ornement les jours de fête chez les Aït Yaazza.
La cape dite "tahendirt" aussi, comporte sa petite différence. Tissu en laine avec des rayures verticales de 4 couleurs de base (indigo, noir, rouge, blanc) pour les Aït Yaazza, plus des rayures vertes pour les femmes Aït Brahim.
À Aït Hdiddou Imilchil, l'habit féminin de cette fraction de la tribu des Aït Hdiddou est composé d'une gandoura dite Akidour recouverte d'une grande étoffe blanche retenue par des fibules au niveau de la poitrine, pantalon blanc, collier en ambre, foulard en soie dit tasbniyt, maintenue sur la tête par des cordelières en soie de couleur rouge et verte ornées de paillettes d'argent.
Les cheveux sont peignés et enroulés en forme circulaire au niveau des oreilles "Aabrouk"; la ceinture est sous forme de cordelière faite en pure laine, elle est appelée Tasmart; les babouches de cuir ornées de paillettes d'argent et souvent brodées de différentes couleurs; les boucles d'oreilles en argent.
Dans les villages de Aït Hdiddou Des Ait Hani et Ait Brahim, le costume féminin se présente comme suit:
- Gandoura sous forme d'une étoffe blanche plus pantalon blanc,
- la ceinture est une cordelière en laine de différentes couleurs ornée de paillettes d'argent,
- la cape en laine de couleur noire avec rayures blanches et rouges,
- des babouches en cuir ornées de paillettes ou brodées en fils d'argent,
- la tête est couverte d'un foulard (Tasbnyt) en soie, soutenue de cordelières rouges et vertes enroulées autour; des bracelets argentés à raison de 2 par main.
Les fibules sont utilisées pour retenir l'étoffe et la cape au niveau de la poitrine.
La coiffure des cheveux de la mariée sont peignés et enroulés en forme saillante appelée communément Abouy; un pendentif orné en ambre mis autour du cou, le Louban; des bretelles soutenant l'habit au niveau des aisselles. Quant à l'habit masculin, il est généralement commun aux deux fractions de la tribu des Hdiddou.
Les hommes sont vêtus d'une Djellabah couverte d'un burnous, le tout en pure laine noire ou blanche et d'un turban blanc sur la tête comme coiffure.
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:52

femme Amazigh Juive Maroc milieu du 20 eme siècle
Yabiladi le seul site et forum leader dans le patrimoine Amazigh Marocain et Amazigh mondiale sous toutes ses formes, yabiladi relate la vie du peuple amazigh depuis 10.000 ans avant Jesus Christ jusqu'a nos jours.


Yabiladi le seul site et forum leader dans le patrimoine Amazigh Marocain et Amazigh mondiale sous toutes ses formes, yabiladi relate la vie du peuple amazigh depuis 10.000 ans avant Jesus Christ jusqu'a nos jours.
avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par mimouni le Ven 7 Déc - 16:53

famille juiive berbere du maroc il y a 50 ans

avatar
mimouni
master
master

Nombre de messages : 1499
Age : 95
Date d'inscription : 05/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur http://elmimouni.freesurf.fr

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par amazighian le Dim 2 Mar - 19:50


amazighian

Nombre de messages : 162
Age : 48
Date d'inscription : 10/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par amazighian le Dim 2 Mar - 19:50


amazighian

Nombre de messages : 162
Age : 48
Date d'inscription : 10/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par amazighian le Dim 2 Mar - 19:50


amazighian

Nombre de messages : 162
Age : 48
Date d'inscription : 10/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par amazighian le Dim 2 Mar - 19:51


amazighian

Nombre de messages : 162
Age : 48
Date d'inscription : 10/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par amazighian le Dim 2 Mar - 19:51


amazighian

Nombre de messages : 162
Age : 48
Date d'inscription : 10/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par amazighian le Dim 2 Mar - 19:51

remerciements a Mimouni et reseau Souss qui est source de ce topic





photo abouda djouhra

amazighian

Nombre de messages : 162
Age : 48
Date d'inscription : 10/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par amazighian le Dim 2 Mar - 19:51

بسطوا سيطرتهم علي نصف القارة الإفريقة و حاربوا الفراعنة واستطاعوا السيطرة علي أجزاء كبيرة من مصر بل و حكموا مصر كفراعنة قرونا كثيرا و كونوا ثراثا عظيما في عدة ميادين



art amazigh pharaonique berbere

amazighian

Nombre de messages : 162
Age : 48
Date d'inscription : 10/12/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par fakir le Ven 20 Juin - 22:47

شيدوا الأحصنة المنيعة والمخزائن وخلقوا الواحات و ألية الري وإدارة المياه
صنعوا كل أدواتهم الفلاحية والحربية و غيرها





remerciements aau prof khalid alayoud et Mimouni
avatar
fakir
Admin

Nombre de messages : 272
Age : 36
Date d'inscription : 30/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par fakir le Ven 20 Juin - 22:47

Survol des pages Amazigh.....

12000 ans d'histoire Amazigh racontés en une seule page






avatar
fakir
Admin

Nombre de messages : 272
Age : 36
Date d'inscription : 30/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par fakir le Ven 20 Juin - 22:47






avatar
fakir
Admin

Nombre de messages : 272
Age : 36
Date d'inscription : 30/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par fakir le Ven 20 Juin - 22:47

La poterie est une des premières activités artisanales de l'humanité
Au Maroc, cette tradition séculaire s'est élevée au rang d'un art rarement égalé. On distingue trois catégories majeures : la poterie citadine, aux modèles fastueux, pour la plupart fabriqués à Fès, Safi et Salé et les deux poteries rurales du nord et du sud, toutes deux utilitaires, la première étant largement pratiquée par les femmes et la seconde par les hommes.




[i]Dignes héritiers d'une histoire pluri-culturelle, les artisans marocains façonnent poteries et faïences pour le plus grand bonheur des amoureux des "arts de la terre"


La Poterie de Fès
Fès reste la ville qui a fait la grandeur de la céramique marocaine. D'origine très ancienne, les céramiques de Fès sont reconnaissables par leur décor à dominante bleu de cobalt, couleur de la ville, et les motifs qui allient le vert et le jaune or. Véritables artistes, les maîtres-potiers de Fès développent depuis des siècles un sens subtil de l'ornementation émaillée. Encore de nos jours, les ateliers de la ville impériale restent inégalés pour l'élégance et la finesse de leur production.

Fès reste la capitale incontestée de la faïence, bleue ou polychrome, sur fond blanc. Les maîtres potiers de la ville impériale rivalisent de talent pour réaliser des pièces de céramique finement travaillées et décorées.

C'est à Fès qu'est née la céramique émaillée et vernissée. En 814, Idriss II accueille dans sa nouvelle capitale des milliers d'immigrés venus de Cordoue. Parmi ces hommes se trouvent des artisans expérimentés qui ont apporté avec eux des techniques alors inconnues au Maroc. La poterie n'est plus seulement utilitaire, les pièces deviennent des oeuvres d'art et font la renommée de la ville dans toute l'Afrique du Nord. A l'époque des Almohades, au 13ème siècle, on ne recensait pas moins de 180 potiers à Fès. On y dénombre encore aujourd'hui une cinquantaine de patrons potiers qui emploient chacun quatre ou cinq ouvriers et apprentis.

Les potiers préparaient eux-mêmes leurs propres oxydes colorants qui demeuraient leurs secrets, en particulier les anciens verts et bleus de Fès que les amateurs reconnaissent très vite. Les poteries ne comportaient jamais plus de cinq couleurs; le fond était en émail blanc, auquel s'ajoutaient du brun, du vert, du jaune or et du bleu. Si les quatre premières couleurs ont peu évolué au cours des siècles, le bleu s'est modifié à partir de 1853. En effet, cette couleur était obtenue à partir d'un minerai de cobalt qui contenait du nickel. Lorsqu'on affina ce minerai, en le débarrassant du nickel, le bleu devint plus profond plus gris, et du gris passa à un bleu gris. A la fin du 19ème siècle, le bleu est alors bleu franc jusqu'à devenir de nos jours bleu de cobalt.

Les motifs ont toujours eu une composition recherchée et sont assez variés. On trouve des motifs végétaux : les fleurs offrent des palmes, des feuilles d'acanthe, des rinceaux sous forme de bouquets, des noyaux d'olive, des amandes, de la marjolaine, du jasmin. Les motifs peuvent être également épigraphiques avec des lettres koufiques très stylisées. La géométrie se manifeste par des étoiles à plusieurs pointes et par des polygones étoilés sous forme de médaillon central. D'autres motifs se retrouvent fréquemment comme les motifs marins avec des représentations de caravelles ainsi que de tortueux entrelacs avec festons, cerceaux et petits cercles.

Toutefois, depuis le 18ème siècle, si les coloris ont évolué, il en est de même pour la décoration des céramiques. De nos jours, la céramique vernissée et estampée présente des étoiles polygonales et des éléments floraux de petite dimension.

source: mimouni abdelmalek



avatar
fakir
Admin

Nombre de messages : 272
Age : 36
Date d'inscription : 30/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par fakir le Ven 20 Juin - 22:48

Les céramistes actuels ont gardé certaines formes traditionnelles comme les pots à couvercles et les bols (souvent ornés de couleurs vives et de motifs pointillés, tracés avec l'index trempé dans du goudron) - et ont créé des formes de facture plus contemporaine - services à thé, saladiers, vases, coupes. Les formes sont restées belles, leur qualité est irréprochable. Les poteries actuelles de Fès sont parfaitement lisses et leur décoration, appliquée sur toute la surface du pot, ne semble pas surajoutée.



La Poterie de Safi


Favorisée par une matière première abondante et bon marché, la ville de Safi est naturellement devenue le chef-lieu de la poterie marocaine. La fameuse Colline des Potiers avec ses dizaines d'ateliers en est un témoignage vivant. Tout dans la cité, évoque ou se rattache à la céramique. Ne manquez pas le très beau Musée National de la Céramique où sont exposées des pièces uniques et historiques retraçant l'histoire de cet artisanat ancestral.

En 1875, un maître potier venu de Fès, Mohammed Langassi, introduit à Safi la faïence à décor polychrome lustrée d'or, gloire des céramistes fassis. De son atelier sortent de très belles pièces décorées dans le plus pur style marocain de tradition hispano-mauresque, glacées de ce lustre bleuté ou doré en honneur dans sa ville natale.

En 1918, le potier Boujmaa el Lamali apporte une touche personnelle avec des formes héritées de l'Antiquité méditerranéenne. Lamali saura renouveler le décor floral ou géométrique dans l'esprit du décor traditionnel. Cet élan anime encore les faïenciers de Safi.




avatar
fakir
Admin

Nombre de messages : 272
Age : 36
Date d'inscription : 30/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par fakir le Ven 20 Juin - 22:48

Les fabriques de poterie sont toutes groupées dans le quartier de Bâb Chaâba. En ce qui concerne la technique, la fabrication des poteries safiotes comporte cinq stades successifs :

1. l'argile brute, imprégnée d'eau, est d'abord travaillée par les tourneurs

2. On la laisse sécher avant d'appliquer un engobe à base de kaolin d'origine française qui donne à la poterie un aspect blanc. On laisse de nouveau sécher et l'on procède à une première cuisson ;le refroidissement prend deux jours.

3. Vient ensuite la décoration au pinceau : chaque artisan a ses motifs propres, des dessins à base de courbes, ni linéaires ni florales, qui offrent une symétrie classique

4. L'émaillage, qui donne à la poterie sa couleur et son éclat, est spectaculaire : d'énormes bassins alignées dans une cour contiennent un liquide d'un brun plus ou moins foncé que l'on appelle "jus de figue" et qui donnera suivant le dosage différentes couleurs.

5. Le dernier stade consiste en une deuxième cuisson qui fixe l'émail et la couleur. La poterie safiote est polychrome. Pour leur faïence, les potiers de Safi utilisent des émaux aux coloris éclatants, à base d'oxyde d'antimoine brun mordoré qui fait scintiller les objets de reflets métalliques

Les potiers de Safi, produisent également des tuiles vernissées sur les trois-quarts de leur longueur. Ces tuiles sont cuites dans un four sur lequel on place un moule cylindrique. En coupant la poterie ainsi obtenue en deux, on obtient deux tuiles. Depuis que le roi Hassan II, lors du colloque de Marrakech en 1981, a insisté sur l'importance des éléments décoratifs purement marocains dans l'architecture, les potiers de Safi n'ont pas arrêté de produire ces tuiles d'un beau vert vif et foncé qui couvrent de nombreux édifices. Néanmoins, tuiles ocres et brunes son également produites en abondance




avatar
fakir
Admin

Nombre de messages : 272
Age : 36
Date d'inscription : 30/11/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Yabiladi Re: Tresors Amazigh, bijoux costumes mode Berbère

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum